La singulière noirceur d’un astre - Leoncio Harmr
Artwork made ​​for the next album of Ars Moriendi: “La singulière noirceur d’un astre.” For more details and if you are interested, please visit his facebook page: https://www.facebook.com/arsmorie?fref=ts

La singulière noirceur d’un astre - Leoncio Harmr

Artwork made ​​for the next album of Ars Moriendi: “La singulière noirceur d’un astre.”
For more details and if you are interested, please visit his facebook page: https://www.facebook.com/arsmorie?fref=ts

Racines - Leoncio Harmr
Et lorsque mes chaînes de bois briseront la pierre,
Je voguerais de mes voiles déchirées
Pour atteindre, l’étoile qui chaque soir

Se meurt.

Racines - Leoncio Harmr

Et lorsque mes chaînes de bois briseront la pierre,

Je voguerais de mes voiles déchirées

Pour atteindre, l’étoile qui chaque soir

Se meurt.

Birth XX - XVI - Garance Verdier and Leoncio Harmr
Un vent aveugle rongeait les nuages                             d’ambre vaporeux         le cri des ailes au loin                           rompait                                     le silence des astres           Mon corps, ce monument                 aux pierres blessées                       s’est tassé et sombre                                   à tire-d’algue           Ma peau, ce désordre                  est percée, bouillie, vidée                                      par les harpons                       L’eau semble rêche                                           et étroite                                           à présent                                          que je chute                    Mais, du fond,                       à travers la surface salée                          je contemplerai                              mordoré                           une dernière fois                                 l’éclipse
Garance Verdier

Birth XX - XVI - Garance Verdier and Leoncio Harmr

Un vent aveugle rongeait les nuages
                             d’ambre vaporeux
         le cri des ailes au loin
                           rompait 
                                    le silence des astres
           Mon corps, ce monument
                 aux pierres blessées
                       s’est tassé et sombre 
                                  à tire-d’algue
           Ma peau, ce désordre
                  est percée, bouillie, vidée
                                      par les harpons
                       L’eau semble rêche
                                           et étroite
                                           à présent
                                          que je chute
                    Mais, du fond,
                       à travers la surface salée 
                         je contemplerai 
                             mordoré 
                          une dernière fois 
                                l’éclipse

Garance Verdier